Macron triomphe: le macromensonge de la microvictoire

06 mai 2017

Macron triomphe: le macromensonge de la microvictoire

enmarche


 "Quand il est entré en charge du président il était une feuille blanche, l'homme sans principes et sans qualités". Souvenez-vous de qui a parlé Rafaelle Bacqué, grand reporter du journal populaire "Le Monde"? Vraiment, elle parlait du président Hollande, "le canard boiteux" de la France. Il est entré dans l'histoire de la politique française comme "l'homme sans qualitésé et sans principes" avec la réputation interlope. Malgré cela il a presenté la candidature de Macron – cet homoukoul médiatique synthétique qui répondait aux critères du choix négatif politique. Le souris gris a produit l'individu bizarre.


D'ailleurs, on ne peut pas parler de la créature d'Hollande que de la politesse. Emmanuel Macron – c'est le produit de la cuisine immense et puissante. C'est la fusion des PR-technologies du monde industriel et bancaire et du lobby de la bureaucratie européenne. Rappelez-vous comment "Macron-le robot" a joint par téléphone 6 millions de Français! Autrement dit, Macron a utilisé tout ce qu'on haissait en France. Il a réussit. Cependant, la République y est abonnée. En 2002 il fallait choisir le moindre de deux maux quand Jacques Chirac et Jean-Mari Le Pen se sont qualifiés pour la seconde tour. Maintenant en 2017 les analystes écartent les bras: "Non mais, la situation déjà-vu! La famille connues nous fait choisir le moindre de deux maux – ce qui a été fabriqué dans le tube des Rothschilds!" Mais ils jouent leur rôle. Il faut reconnaître qu'ils jouent mal. En effet, en 2002 la mauvaise configuration "soit l'oligarchie, soit le fascisme" a été accidentelle ayant choqué la société française. Mais le schéma d'aujourd'hui – c'est l'action planifiée. Il est étonnant comment les maîtres de la marionnette manipulent des élécteurs français.


Commençons par le moyen de l'application "des technologies noires". J'envisage l'introduction de l'exit poll dans l'espace inforamtionnelle: ces sondages doivent laisser gagner des électeurs que Macron – c'est un vainquer absolu. C'est le moyen connu de la manipulation de l'opinion des électeurs qui voulaient voter en fin d'après-midi. Le schèma de l'introduction est significatif. Le mass-média belge ont réalisé la vidange de l'exit poll. Cela a circulé vite dans le segment français de l'Internet et dans le mass-média national et international. Les tours pareils de la bureaucratie européenne et ce qui à côté nous avons déjà vu au Pays-Bas. Mais en France c'était plus difficile. Malgré des budgets immenses et des manipulations la distance entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen s'est montré minimal, comme une faute statistique. Alors on a engagé les moyens administratifs  du "canard boiteux". Il semble, que cela a fait merveille: les bureaux à l'étranger ont montré des résultats étonnants. Au Canada, à Montréal Macron a eu 45% de voix. Dans les autres pays il a eu aussi la plupart de voix. Quelle unanimité des électeurs à l'étranger, n'est-ce pas? Peut-être, il s'agit de fantômes. Et c'est lègitime – les électeurs-fantômes pour un politique fantôme.


En conclusion je veux un peu ajouter. Je ne suis pas fan de Marine Le Pen. Je n'ai pas l'envie d'observer son programme en réalité. Je crois que c'est la nation qui a le droit du choix même si la nation a de faux avis. Ce qui se dirige des motivations meilleures et tâche d'usurper ce droit – c'est le criminel repréhensible. Il faut le dénoncer à ceux qui veut nous gourer et inflige le choix intrus à la France.

Posté par MissFanshawe à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]